Journal Horoya

4 février 2018, la date retenue par la CENI pour les prochaines communales

Ça y est. Le 4 février 2018, les guinéens éliront leurs conseils communaux. C’est du moins la date proposée par la CENI à l’issu de l’atelier de planification des opérations électorales ténu du 23 au 25 Septembre à Conakry. Ont pris part à cette rencontre les représentants des partis politiques toute obédience confondue, la société civile, les partenaires techniques et financiers, les départements ministériels concernés, les démembrements de la CENI.

Durant trois, les participants ont échangés autours de plusieurs familles d’activités devant aboutir à l’organisation du scrutin.

A la cérémonie de clôture, le porte parole des participants, Gnouma Moussa Kamano, chargé de programme du national démocratique institute (NDI)-Guinée, s’est réjoui du déroulement des travaux. Il a formulé des recommandations dont entre autre : la mise à disposition effective de l’intégralité des fonds alloués à l’organisation des élections communales ; la prise en compte des amendements formulés par les participants ; la mobilisation et la collaboration de tous les acteurs dans l’exécution sans faille du chronogramme ; la compréhension, la diligence et la souplesse de l’ensemble des défis liés au processus électoral.

Pour la réussite de l’organisation des prochaines élections, Moussa Kamano, encourage la CENI et les partenaires dans sa démarche inclusive déjà enclenchée.

Dans son discours de clôture, le président de la CENI, a félicité l’ensemble des participants pour la qualité des débats durant les travaux. Me Amadou Salif Kébé se félicite de l’élaboration du chronogramme consensuelle des prochaines communales par l’ensemble des parties prenantes au processus électoral.

« Mon objectif à la tête de la CENI, déclare –t-il, est de travailler toujours avec l’ensemble des commissaires et des démembrements pour la construction de notre jeune démocratie à travers l’organisation d’élections inclusives avec des résultats acceptés de tous ».

Pour se faire, ajoute –t-il, on a l’obligation d’associer toutes les parties prenantes à toutes les phases du processus. Me Kébé rassure de sa volonté indéfectible d’organiser des élections crédibles, transparentes dans un climat apaisé grâce à l’effort conjugué de tous. Il a enfin rendu hommage aux membres des démembrements avant de réitérer l’engagement de son institution à tout mettre en œuvre pour régler leurs primes dans les prochains jours.

Alhassane Barry

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*