Journal Horoya

Marchés publics : Six cabinets internationaux ont soumissionné pour l’audit du fichier électoral

Pour mieux préparer les prochaines élections nationales et conformémemnt aux accords politique interguinéens du 12 octobre dernier, la Direction nationale des Marchés publics a procédé, hier mardi 14 novembre, à l’ouverture des plis.

Cette rencontre fait suite à l’appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement d’un cabinet international pour auditer le fichier électoral guinéen. La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants de l’opposition, de la mouvance, de la société civile, du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation (MATD), des commissaires de la CENI (Commission électorale nationale indépendante).

D’entrée, Mme Camara Djenab Touré, Directrice du département Planification et Fichier électoral, a rappelé que c’est dans l’accord politique inter-guinéens signé le 12 octobre 2016 qu’il a été demandé à la CENI de recruter un cabinet de réputation internationale pour l’audit du fichier électoral guinéen en prélude à l’organisation des élections nationales, notamment les élections législatives de 2018 et l’élection présidentielle de 2020.

 « Pour respecter l’esprit et le contenu de l’Accord politique, la CENI a eu à lancer un avis de manifestation d’intérêt pour le recrutement dudit cabinet depuis le 30 septembre 2017. Jour pour jour, nous sommes à 45 jours et nous voilà à la séance d’ouverture des plis. C’est une satisfaction pour nous parce qu’il y a eu au moins six soumissionnaires. Pour cela, notre institution a eu à publier l’avis dans plusieurs médias guinéens et dans plusieurs médias internationaux », a indiqué la Directrice de la Planification et du Fichier électoral.

La Directrice nationale des Marchés publics, Hadja Fatoumata Bangoura, a rassuré que son service va faire son travail selon les règles et procédures internationales, dans la transparence, le respect des règles du jeu. Même que son service travaille pour tout le monde dans l’intérêt de l’Etat.

Après l’ouverture des plis, on a constaté que c’est six cabinets internationaux qui ont soumissionné. Il s’agit : STEP en consortium avec Transtec (Belgique), Bigradab Technology group (Afrique du Sud), DEMUSSET (Etats Unis d’Amérique), Genkeis progresys et Bearning Point (France), Innova SCASSI group (Côte d’Ivoire), Power consulting et société consulting (Tunisie).

Au nom des soumissionnaires, les représentants du cabinet français (Bearning Point et Genkeis progresys) et du cabinet sud-africains (Bigradab Technology) se sont réjouis de la procédure d’ouverture des plis et ils n’ont pas fait d’observation à la méthode utilisée.

Le représentant de l’Opposition, Diogo Baldé de l’Ufdg, a déclaré : « Je n’ai pas de remarques particulières sur la procédure d’ouverture des plis, mais seulement une question à vous (Marchés publics) sur les étapes suivantes. Qu’est-ce qu’il va s’enchainer derrière cette étape ? ».

Le représentant de la Mouvance, M. Souleymane Traoré du Rpg-arc-en-ciel, a dit aussi : « Sur la procédure d’ouverture des plis, je n’ai pas d’observation particulière. J’ai regretté comme beaucoup d’autres le retard dans le démarrage de nos travaux. Je souhaite que quand la commission sera mise en place que les diligences les plus appropriées soient apportées. Parce que le temps est un facteur important dans ce cas précis. Puisque l’Accord politique a prescrit cet audit avec des délais, nous souhaitons que cela soit fait avec diligence pour que le résultat puisse permettre d’avoir un climat politique les plus apaisés et des élections les plus acceptées par l’ensemble des acteurs. Je vous encourage à aller avec professionnalisme et rapidité dans cette procédure ».

Le représentant de la société civile n’a pas trouvé à redire sur la procédure d’ouverture des plis.

Le représentant du MATD, Dr. Mamadouba Camara, Directeur national de l’Administration électorale, a affirmé : « Je suis satisfait sur la procédure. Pour le moment, je n’ai pas d’observation particulière ».

Hadja Fatoumata Biya Diallo, vice-présidente de la CENI, a ajouté que c’est dans les résolutions des accords politiques que son institution avait à relever ce défi pour le calme dans le pays. « Nous avons la même mission, c’est de servir notre pays avec la plus grande transparence et la plus grande efficacité dans l’intérêt de tous les Guinéens ».

Elle s’est réjouie que les représentants des différents acteurs majeurs soient présents à cette cérémonie. Mme. Diallo a remercié la Direction nationale des Marchés publics pour le travail qui a été fait. « Nous comptons sur la commission qui va être mise en place. Nous sommes confiants en espérant que l’issu de ce travail va non seulement satisfaire les uns et les autres, mais surtout continuer à apaiser la situation politique dans notre pays », a conclu la vice-présidente de la CENI.

Au nom de la Direction des Marchés publics, M. Alpha Kabinet Keita, a rappelé que ce dossier extrêmement sensible. Donc, le travail de son service qui sera fait doit être exempt de tout reproche de la part de tous les acteurs, notamment les partis politiques et la société civile. Parce que l’objectif recherché, c’est qu’au finish, ce résultat contribue au renforcement de la paix. « Nous membres de la commission y compris la CENI et l’Administration du territoire, nous nous emploierons à produire un rapport qui ne soit pas contestable, qui soit respecté de tous les acteurs. Le problème dans une évaluation, c’est de respecter les règles du jeu. Dans les termes de référence, les critères sont définis, les règles du jeu sont définies. Si nous nous employons à respecter ces critères, ces règles du jeu, je pense qu’on est à l’abri de toute contestation et c’est ce que nous allons nous employer à faire du début jusqu’à la fin. Vous pouvez compter sur nous. Tout se passera dans les règles de l’art, dans le respect des prescriptions du dossier d’appel d’offres et dans le délai », a-t-il conclu.

Il faut rappeler qu’au terme de cette première étape, une liste restreinte sera établie. Puis, la demande de proposition sera élaborée et adressée aux sociétés qui figureront sur la liste restreinte. Ces sociétés vont répondre, la commission va procéder à l’évaluation d’abord technique, puis financière et une évaluation combinée aussi bien des offres techniques que des offres financières. Le rapport sera établi et envoyé à l’ACGP (Administration et contrôle des grands projets) qui est la structure de contrôle qui va revoir le travail qui a été fait, voir sa conformité avec les prescriptions du dossier d’appel d’offres et l’avis à manifestation d’intérêt, puis donnera son avis en toute connaissance de cause.

Alhassane Barry

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*