Journal Horoya

Elections locales : le GPT de Kassory Fofana félicite la CENI

Sous l’arbre à palabre, tout peut être négocié, soutient –on au Parti Guinée pour tous (GPT) présidé par le Dr Ibrahima Kassory Fofana, par ailleurs ministre d’Etat à la promotion du secteur privé.

 C’est en ces termes que le GPT s’est réjoui de la visite de courtoisie que le président de la CENI a effectué vendredi au siège dudit parti sis à Nongo dans la commune de Ratoma.

En mission à l’étranger, Ibrahima Kassory Fofana était représenté à ce rendez-vous par le vice-président chargé de la coordination des activités du parti, le Dr Momo Camara qui avait à ses côtés ses proches collaborateurs du bureau politique national. Alors que le président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé était accompagné des membres du bureau de la CENI ainsi que des commissaires.

Au sortir de la rencontre, le Dr Momo Camara déclare « cette visite s’inscrit dans les annales du parti. La concertation permet d’aplanir les divergences et facilite la gestion. Un bateau a toujours un capitaine. C’est pourquoi, il faut féliciter et encourager les démarches du président de la CENI ». Il a aussi indiqué que son parti privilégie toujours le dialogue.

Parlant des questions soulevées, Momo Camara affirme que la réponse a été satisfaisante en tout cas dans la majeure partie des cas. Notamment de la représentation du GPT aux démembrements, de la distance maximale de 5 kilomètres pour un bureau de vote en zone rurale, du nombre insuffisant de magistrats. « Ce qui est important c’est de partager l’information et que toutes les parties comprennent de la même manière » conclut-il.

Pour sa part, Maitre Amadou Salif Kébé, s’est réjoui de la qualité de l’accueil.

Pour lui, cette visite a été une occasion d’informer le GPT sur les avancées dans les préparatifs et la gestion du processus électoral. « Il est important pour nous, soutient-il, de prendre contact avec toutes les parties prenantes du processus électoral dont le GPT. Echanger des poignées de mains c’est humain et c’est important. Mais au-delà de ça, on a échangé avec ces hauts cadres compétents du GPT sur un certain nombre de sujet lié aux élections ».

Amadou Salif Kébé rappelle que la nouvelle loi électorale a statué sur des questions comme la distance de 5 kilomètres maximum en zone rurale et 2 kilomètres en zone urbaine. Même si, ajoute -t-il, la CENI veille à ce que l’on atteint pas ces limites surtout que l’on tient à installer les bureaux de vote dans chaque secteur. Il conclut en disant que concernant les magistrats il y a des solutions en cours d’examens et le moment venu tous les acteurs seront informés autour de la question.

Alhassane Barry

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*