Journal Horoya

CENI: le porte-parole  revient sur la pétition adressée à Bakary Fofana

La commission électorale nationale indépendante -Ceni- connaît une période de troubles. Plus rien ne va au sein de cette institution chargée d’organiser les élections en République de Guinée. Plusieurs commissaires ont publié, mercredi 26 avril 2017, une pétition pour dénoncer la gouvernance de M. Bakary Fofana, qui dirigerait cette institution à sa guise.

Invité ce matin sur les ondes d’Espace fm, le porte-parole de la Ceni a précisé que la pétition dont il est l’un des initiateurs ne demande aucunement la « démission » du président de la Ceni, Bakary Fofana. La plénière qui s’est tenue hier au siège de l’institution à Cameroun dans la commune de Dixinn, était consacrée au compte rendu de la délégation envoyée rencontrer le président de la République, M. Alpha Condé. Au cours de cette plénière, rappelle-t-il, il a été désigné pour  rendre les décisions prises au cours de la plénière. Selon Me Amadou Salifou Kébé, « l’institution n’arrive plus à travailler« .

Pour cela, explique-t-il, « nous  (une partie des commissaires, ndlr) avons écrit une pétition dans laquelle, nous attirons l’attention [de tout le monde]  et solliciter leur approbation ou ils n’ont qu’à étudier le document ou l’amender pour qu’à la prochaine plénière la semaine prochaine, on l’adopte ou on le rejette. C’est une pétition qui demande la reformulation  ou la restructuration du Bureau Exécutif de la Ceni  dans sa totalité ou partiellement« .

Pour le porte-parole de la Ceni,  le départ de Bakary Fofana n’a jamais été question. Pourquoi c’est maintenant vous soulevez ces problèmes?, lui a-t-on interrogé. Me Kébé de répondre: « c’est parce que l’institution ne peut continuer à travailler dans ces conditions avec toutes ses tares. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Les dysfonctionnements ne se sont pas présentés au même moment et à la même période. C’est allé crescendo. Il n’est plus possible pour la Ceni de travailler même si les commissaires et les assistants soient prêts pour le travail« .

Enfin, Me Salifou Kébé dira que si les points soulevés ne sont pas satisfaits, les commissaires demandent l’application de l’article 17 qui stipule qu' »à la demande de deux tiers des membres de la Ceni, l’Assemblée plénière peut procéder au remplacement partiel ou total du Bureau ».

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*