Journal Horoya

CES: la présidente ouvre la première session 2016

Le Conseil Economique et Social a ouvert ce mardi 29 mars, sa première session ordinaire 2016.  La cérémonie s’est tenue à son siège sis à la 6e Avenue dans la commune de Kaloum. Cette session se tient dans un contexte marqué par la résurgence de l’épidémie Ebola et la disparition d’un de leur en l’occurrence Morlaye Diallo, décédé lundi de suite de maladie.

Dans son discours d’ouverture, la présidente du CES a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire du défunt conseiller. Après le souhait de bienvenue, Hadja Rabiatou Sérah Diallo a rappelé que « cette session se tient conformément à la loi organique n°91/04/CTRN, en son article 28 qui stipule que « le Conseil économique et social tient deux sessions ordinaires par an » ».

Pendant deux mois,  explique la présidente du CES, les conseillers du CES vont s’atteler à la mise en oeuvre de la feuille de route 2016 et de la déclaration des conseils  économiques et sociaux faite aux Pays-Bas en octobre 2015, la présentation  des études finales ou intérimaires des sujets d’auto-saisine, assortis d’avis et de recommandations, l’élaboration d’un programme de visite auprès des ministères et de l’Assemblée nationale  pour concevoir de meilleures relations de coopération, la conception d’une stratégie de mobilisation des Guinéens de la diaspora pour leur implication dans le processus de développement du pays.

Pour rendre efficacement sa mission, elle interpelle, au nom de son institution, « l’exécutif et le législatif  à saisir le CES sur des questions d’ordre économique, social et culturel, scientifique et environnemental ».

Dans son intervention, Hadja Rabiatou Sérah Diallo a rappelé les activités réalisées par son institution tant au niveau national qu’au niveau africain et international. Au cours de la seconde session ordinaire en 2015, le CES « a procédé à l’amendement et à l’adoption des textes fondateurs de l’institution à savoir la loi organique L91/04/CTRN du 23 décembre 1991 et le règlement intérieur, la nouvelle structure administrative du CES,  la tenue à Conakry d’un séminaire international sur la lutte contre le changement climatique etc ».

Sur le plan africain et international, elle a noté entre autres la participation du CES au colloque co-organisé par l’UCESIF sur le forum mondial responsable à Lille en France, à la conférence internationale à la Haye sur la promotion de la mise en conformité des lieux de travail: « le rôle du CES et institutions similaires dans le dialogue social ».

La présidente du CES a fait  une demande au président de la République, celle de la mise en place « d’un Conseil de gouvernance » pour concevoir et appliquer un calendrier de rencontres périodiques entre lui et les présidents des institutions républicaines.

En ce qui concerne la résurgence de l’épidémie Ebola, Hadja Rabiatou Sérah Diallo a appelé « les autorités sanitaires à redoubler d’effort dans la riposte contre la maladie et les populations à respecter les règles d’hygiène ».

Elle a saisi également pour appeler « les acteurs politiques à privilégier toujours le dialogue pour régler les divergences liées au processus électoral ».

De son côté, le ministre conseiller à la présidence en relation avec les institutions républicaines, Mohamed Lamine Fofana, a appelé le CES à jouer son rôle de veille.

Amadou Kendessa Diallo

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*